Améliorer la santé pour tous
work

Une cartographie pour mieux structurer et renforcer la filière des industriels in vitro

Du printemps à octobre 2021, la Filière nationale du diagnostic in vitro a réalisé une étude auprès de 260 sociétés du territoire français pour mettre à jour les forces et faiblesses de la filière.

21 Déc 2021

La filière du diagnostic in vitro occupe une place incontournable dans le parcours de santé mais peine encore à se structurer. “Cette filière a un fort potentiel d’innovation et doit être reconnue et valorisée à la hauteur de sa contribution par le système de santé. Elle doit donc se renforcer pour grossir et aller à l’international”, constate Laurent Garnier, Chargé de mission filière diagnostic chez Eurobiomed. 

La cartographie nationale des industriels du diagnostic in vitro a été conjointement réalisée par les pôles de compétitivité Eurobiomed, Lyonbiopôle, Medicen Paris Region, le réseau des Pôles Santé, le SIDIV (Syndicat de l’Industrie du diagnostic in vitro) et plusieurs industriels du secteur (bioMérieux, HalioDx, MagIA diagnostics, Stago et Stilla Technologies). Ils représentent 260 sociétés regroupant près de 18 300 collaborateurs. Ensemble, ils ont validé une trame de questions soumise à leurs adhérents. 

Les questions portaient sur la taille des entreprises, leur localisation, le nombre de personnes qu’elles employaient, leur chiffre d’affaire en 2019, leur activité (R&D, production, distribution, prestation de services), leur cœur de métier (automates, recherches de biomarqueurs, développement de kits de diagnostic et production de réactifs) et le pôle auquel elles se rattachaient.

“Nous allons travailler ensemble pour rassembler la filière des industriels du diagnostic in vitro, accompagner ses mutations et attirer des investisseurs”,  Laurent Garnier, Chargé de mission écosystème Occitanie chez Eurobiomed.

La cartographie révèle que 91% des entreprises du secteur sont des PME/TPE. Ces petites entreprises sont peu industrialisées. La plupart sont encore en phase de R&D. Seule la moitié ont atteint le stade de production. “L’accès au marché est complexe et long, relève Laurent Garnier. Certaines entreprises disent qu’il est parfois plus simple de vendre à l’étranger plutôt qu’en France.” 

Côté points forts, le chargé de mission vante le dynamisme des pôles de compétitivité, l’innovation de la filière et une reconnaissance accrue du grand public, surtout depuis l’épidémie de de Covid et la mise à disposition massive de tests de dépistage.  

L’Etat français a lui aussi clairement manifesté sa volonté de redynamiser cette industrie, en signant un avenant au Contrat stratégique de filière en 2021, pour y ajouter le diagnostic in vitro. Eurobiomed y siège au titre des pôles santé. Cette initiative de l’Etat vise à renforcer la compétitivité industrielle dans certains domaines stratégiques, dont la santé.

Que recherchez-vous ?