Améliorer la santé pour tous
hands

Gustave Roussy et SEngine Precision Medicine renforcent leur collaboration transatlantique

L'Hôpital parisien et la startup américaine de biotechnologie préparent une joint venture en 2022, pour développer un test de nouvelle génération en dernière ligne du traitement du cancer colorectal métastatique.

7 Déc 2021

Gustave Roussy a les patients et la capacité de lancer un essai clinique, SEngine Precision Medicine, des technologies de pointe en robotique et une puissante force de frappe. A eux deux, ils espèrent répondre à une question dans laquelle beaucoup d’espoirs sont placés :  “Les organoïdes ont-ils une utilité en clinique et peuvent-ils apporter un bénéfice aux patients ?, explique 

Fanny Jaulin, chercheuse à Gustave Roussy, et coordinatrice scientifique de l’essai clinique Organotreat. 
Selon elle, cette interrogation d’envergure internationale ne peut être posée à l’échelle d’un laboratoire. “L’essai clinique que nous nous apprêtons à lancer, Organotreat, va inclure un grand nombre de patients et impose de travailler avec un partenaire industriel solide, une biotech qui puisse assurer des tests robustes et standardisés.” Ce partenaire, c’est la startup SEngine Medical Precision basée à Seattle.

« Associer l’expertise de SEngine à notre essai clinique à grande échelle sur des organoïdes de tumeurs de patients est une belle opportunité de développer et évaluer une médecine personnalisée de type fonctionnelle à partir d’approches cellulaires », Fanny Jaulin, chercheuse à Gustave Roussy et coordinatrice scientifique de l’essai clinique Organotreat.

L’équipe Inserm que Fanny Jaulin dirige depuis neuf ans à Gustave Roussy cultive des colonies d’organoïdes en laboratoire. 25 médicaments anti-cancéreux sont testés sur ces morceaux de tumeur prélevés sur les patients, afin d’identifier lesquels sont efficaces pour empêcher la tumeur de repousser. A l’instar d’un anti-biogramme, un chimiogramme est ainsi réalisé. 

En général, la médecine de précision se base sur un séquençage du génome. Les mutations à l’origine du cancer sont recherchées et dans un assez faible pourcentage des cas, des médicaments les ciblant peuvent être administrés. Avec cette nouvelle approche, l’idée est simplement de voir quels médicaments fonctionnent sur les organoïdes. Chaque tumeur, chaque patient est unique et in fine, il s’agirait de trouver en dix semaines un traitement de dernière ligne personnalisé.  

Dès que la joint venture sera officialisée, des locaux communs seront trouvés à Paris et l’essai clinique Organotreat pourra débuter, un essai clinique multicentrique de phase I. Le premier segment portera sur une centaine de patients atteints d’un cancer du colon. L’autre segment concernera une cohorte de plusieurs centaines de patients atteints d’un cancer du pancréas. 

Que recherchez-vous ?