Améliorer la santé pour tous

AIOLOS, l'outil qui manquait à l'Europe pour mieux se préparer aux pandémies

Sanofi et l'Institut allemand Fraunhofer lancent AIOLOS, une plateforme de détection précoce, de suivi et de réponse aux épidémies respiratoires pour favoriser la résilience de l'économie européenne.

16 Juin 2022

La crise du Covid 19 a confronté l’Europe a un manque évident de préparation et de coordination à long terme face aux pandémies. C’est pour y parer qu’AIOLOS (Artificial Intelligence Tools for Outbreak Detection and Response) a été sélectionné dans le cadre d’un appel à projets franco-allemand portant sur l’utilisation de technologies d’intelligence artificielle pour la prévention des risques, la gestion de crise et la résilience. Cet appel à projets a été lancé conjointement par Bpifrance et DLR Projetktträger, et soutenu par l’Etat français et le ministère fédéral allemand des affaires économiques et de l’action climatique. 


“Il n’y avait jusque-là aucune coalition industrielle en Europe qui permettait de se rassembler et de réfléchir sur la sortie de la pandémie”, constate le Dr Cédric Mahé, vice-président associé et responsable mondial du département modélisation, épidémiologie et data science au sein de l’entité vaccins de Sanofi.

“AIOLOS a pour objectif de développer la résilience économique et industrielle européenne via l’exemple de la France et de l’Allemagne, en permettant aux différents acteurs de comprendre les différents scénarios épidémiques possibles, le plus rapidement possible, et d’optimiser leurs réponses en fonction”, Dr Cédric Mahé, vice-président associé et responsable mondial du département modélisation, épidémiologie et data science au sein de l’entité vaccins de Sanofi.  

La nouvelle plateforme collectera des données déjà existantes et optimisera leur analyse, en temps réel, grâce à l’intelligence artificielle et à des techniques de modélisation prédictive. 

Elle s’appuie sur trois relais. Le premier est un système d’alerte qui croise entre autres les achats en pharmacie, les visites chez les médecins généralistes et les admissions à l’hôpital pour des syndromes respiratoires, indication sur laquelle se concentre pour l’instant la plateforme. Sont ensuite intégrées des données liées à la force de transmission du virus, son évolution,  et l’efficacité vaccinale par exemple. Compilées et digérées dans l’outil, ces sources d’informations permettent de simuler différents scénarios et de suggérer une réponse adaptée (redéployer les ressources des hôpitaux, mettre en place des mesures de distanciation sociale, lancer une campagne de vaccination, etc.).  

L’idée est non seulement d’améliorer la réaction des entreprises et des Etats à une pandémie (durée des mesures de distanciation ou confinement, l’impact sur la production et l’activité de l’entreprise, etc.) mais aussi de détecter les épidémies saisonnières (grippes, bronchiolites,…) qui reprennent après avoir été interrompues par les mesures contre le covid 19 .

Ce consortium franco-allemand va mettre en miroir deux pays, deux systèmes de santé et deux politiques naturellement différentes. “Notre objectif est de réaliser un outil qui ne soit pas spécifique à un pays mais applicable à terme à toute l’Europe”, précise le Dr Cédric Mahé. La preuve de concept avec les deux pays initiaux durera deux ans. 

En plus de Sanofi et de l’Institut Fraunhofer, le consortium compte quatre autres partenaires français et allemands : CompuGroup Medical, Quinten Health, Impact Healthcare et Umlaut, filiale d’Accenture. Des synergies sont prévues avec l’HERA (l’Autorité de préparation et de réaction en cas d’urgence sanitaire) et l’OMS (Organisation mondiale de la santé).

Que recherchez-vous ?