Améliorer la santé pour tous
insect

Les bornes connectées anti-moustiques de Qista arrivent à Djibouti

La société française spécialisée dans la démoustication écoresponsable et la prévention vectorielle vient de signer un protocole d’accord avec Dijibouti.

21 Déc 2021

Le 17 novembre 2021, Pierre Bellagambi, cofondateur de Qista et Mohamed Fouad Abdo, Directeur Général de l’ONEAD (Office National de l’Eau et de l’Assainissement à Djibouti), ont signé un accord de coopération pour déployer les bornes Qista dans la ville de Djibouti. 

Quatre machines étaient déjà en test depuis 2020, sous l’égide de l’ONEAD, autour de ses sites implantés au cœur de la capitale. Une soixantaine de bornes supplémentaires seront livrées avant le printemps 2022. Des discussions sont en cours pour la livraison à l’horizon 2022 de 140 autres, notamment prés d’hôpitaux ou d’écoles. 
Djibouti est le premier pays africain où l’anopheles stephensi, une espèce de moustique vecteur du paludisme originaire d’Asie, a été signalée en 2012. De 24 cas de paludisme confirmés en 2012, l’état de Djibouti en comptait 26 000 en 2018. 90 % des cas sont concentrés dans la région de la capitale. L’aedes aegypti, qui véhicule le chikungunya, prolifère également.

“Quand on arrive dans un pays où les moustiques font des ravages et tuent, c’est très satisfaisant de proposer un outil complémentaire aux personnes engagées à sauver des vies”, Pierre Bellagambi, cofondateur de Qista.

Cette borne piège le moustique femelle en simulant la respiration des mammifères à sang chaud (à l’aide de molécules de CO² et de différents types d’acides) pour l’appâter et l’aspirer dans la machine. Les études ont démontré que les piqûres chutaient de 88% dans un rayon de 60 mètres autour des pièges. 

“C’est un système intelligent, qui comptabilise en temps réel les moustiques qu’il capture. Les données sont envoyées à l’utilisateur pour qu’il ait un regard sur le volume de populations de moustiques”, détaille Pierre Bellagambi. Les moustiques aspirés dans les filets sont donc analysés pour une meilleure compréhension des espèces présentes sur le territoire. Cette solution est aussi écoresponsable puisqu’elle constitue un complément à la démoustication traditionnelle et permet ainsi d’éviter la pollution de l’air et les sols.

La borne coûte entre 1200 et 3000 euros TTC. Les plus sophistiquées, comme celles livrées à Djibouti, sont robustes, résistantes au vandalisme et équipées de panneaux solaires. Qista a jusqu’à aujourd’hui installé 8000 pièges dans 18 pays. 

Que recherchez-vous ?